Suivi dans le temps de la ferme

évolution du système

Le système est passé de 2 à 3 UTH. En effet, la diversification et l'agrandissement des surfaces nécessitent de la main d'œuvre supplémentaire.

 

2014

2017

  • Alex Franc
  • Alex Franc (1 UTH non salarié)

 

  • 2 UTH
  • 2 UTH salariés : Equivalent de 2 employés à l'année. Pas de salarié l'été, 1 seul l'hiver, et 5 à 2/3 temps au printemps et à l'automne.

 

 

 

 

 

Evolution des ventes

 

 

2014

2017

Pommes 

70 % CA

50% CA

Produits transformés

15% CA

20 % CA

Légumes

0% CA

xx% CA

Grandes cultures

15% CA

10 % CA

Commercialisation

  • 1/3 en vente à la ferme
  • 1/3 en AMAP
  • 1/3 en magasins de producteurs
  • 2/3 en vente à la ferme 
  • 1/3 en AMAP

 

2017 est considérée par Alex Franc comme une « mauvaise année ». En effet, le gel a entraîné une perte de 90% de la production de pomme qui s'est ressentie sur tout le système et sur la vente. C'est pourquoi cette année il n'y a pas de vente en magasin de producteurs.

 

Désormais, la vente à la ferme se fait selon un système d'achat-revente des produits extérieurs avec une marge de 15-20% et vente propre de ses produits. Cela permet une diversification des produits proposés aux clients. La marge de 15% permet de payer le salaire de la vendeuse, le matériel (balance électronique à 1000 €, électricité du frigo) ainsi que l'achat des produits. La marge de 20% permet de dégager un peu d'argent pour des futurs investissements ou des prélèvements privés.

 

Un des avantages du système actuel est que la production de pommes reste la principale production et les quantités importantes nécessitent un stockage en palox. Ce sont dont les clients qui trient, calibrent, pèsent et expédient les produits. Autant d'étapes qui habituellement sont à la charge du producteur. Alex Franc économise donc du temps et de la main d'œuvre. Il estime un gain de 40-50 centimes d'euros/kg.

 

Le fait que la clientèle soit 100% locale (environ 90% des clients parcourent moins de 10 km) est un avantage. D'après Alex Franc, cela stimule à la diversification afin de pouvoir offrir le maximum de produits aux consommateurs sur un même lieu de vente.

Evolution des rendements

 

 

2014

2017

Pommes 

40-80 t/an

Environ 1 t/an

Blé

40 q/ha

25 q/ha

Triticale

40 q/ha

40 q/ha

Féverole à grain

18 q/ha

15 q/ha

Luzerne

10 t MS

8,4 t MS

Courges (potimarron et butternut)

-

5 t/ha

 

Les rendements de pommes ont chuté avec une perte de plus de 90% de la production due au gel du printemps. L'introduction de courges dans le système a été réalisée afin de palier le manque de pommes.

Evolution de l'assolement

 

2014

2017

40 ha en grandes cultures

43 ha

5 ha de verger en production

7 ha

2 ha de verger en cours de production/plantation

1 ha

 

Les 2 ha de nouveau verger sont désormais en production et un nouveau verger est en cours de plantation. Le nouveau verger est un moyen d'augmenter et de diversifier la production car sur ce dernier il y a aura vignes, pommiers, poiriers, pruniers et nashi.

2014

2015

2017

Soja 15 ha

Soja 12 ha

Courges 1,2 ha

Tournesol 8,5 ha

Féverole 3 ha

Féverole à grain 2 ha

Luzerne 11 ha

Luzerne 11 ha

Luzerne 26,5 ha

Triticale 6 ha

Triticale 8 ha

Triticale (seigle/orge) 6 ha

 

Blé tendre 6 ha

Blé tendre 7 ha

 

  • Abandon du soja

« Je n'ai pas toujours le temps de gérer la mise en place de la culture, en concurrence avec les travaux du verger (mai-juin) »

 

  • Augmentation de la surface de luzerne

L'augmentation de surface allouée à la luzerne s'est faite suite à une demande plus importante. En effet, la luzerne est vendue à un des voisins d'Alex Franc, éleveur voisin non bio  qui a récemment augmenté son cheptel et a besoin de plus de foin.

De plus, une prime PAC existe pour la mise en place de luzernières. Enfin « la luzerne permet de nettoyer les parcelles des mauvaises herbes lorsqu'on fauche au moins 3 fois par an. »

 

  • Abandon du tournesol

Le tournesol a été abandonné car « c'est une culture salissante », en effet, elle entraîne le développement de Lampourde à gros fruits (Xanthium strumarium). De plus, les semences pour les hybrides sont trop chères pour l'arboriculteur.

Evolution des projets

 

2014

Etat des lieux en 2017

Création d'une parcelle agro-forestière en 2015

Le projet est de planter 500 arbres dont 240 arbres fruitiers et 260 arbres pour la production de bois. Les arbres fruitiers (pommiers, poiriers et cognassiers) seront greffés sur des sujets francs afin d'avoir un verger haute tige. Les arbres pour le bois seront taillés en trogne car avec cette taille les branches sont plus droites et il est plus facile de les broyer pour fabriquer du BRF. Les rangs seront espacés de 28 m et il devrait y avoir 6 m entre chaque arbre (écartement non sûr car dépend de la taille du matériel qui doit passer entre les deux arbres). Le rang sera enherbé d'un mélange de légumineuses (minette, luzerne et sainfoin).

 

400 arbres (0,5 ha) ont été plantés sur 8,5 ha. En 2016 de la luzerne a été implanté pour 4-5 ans. La culture se fait en sec. Il y a 30 m entre les rangs et 8 m entre chaque arbre.

Arrêter l'achat d'engrais organique et apporter uniquement du BRF. Lorsque les haies implantées auront leur taille adulte, la fabrication de BRF se fera grâce à la location d'un broyeur monté sur un camion ou à l'achat d'un broyeur en CUMA (projet pour 2018)

 

Projet toujours en cours.

Investir dans un trieur afin de développer le semis de céréales sous couverture vivante de légumineuse.

 

Alex Franc n'a pas eu le temps de faire les essais en grandes cultures (semis sous couvert), le projet reste en tête mais pour l'instant l'arboriculteur est concentré sur d'autres projets (introduction de légumes dans les vergers par exemple).

 

Nouveau projets

2017

Introduction de volailles sur le verger pour 2020.

 

L'idée est d'apporter de la matière organique sur le verger et de diversifier les productions par le biais d'un poulailler mobile.

Création atelier de transformation en 2018-2019.

 

Dans une partie du hangar, Alex Franc souhaiterait aménager un atelier de transformation afin de revaloriser les invendus en produits locaux faits maison : compote, confiture, quiches.  Ce projet nécessite de la main d'œuvre supplémentaire ainsi que du temps.

Implantation de châtaigniers dans les haies. 

 

En 2017, des châtaigniers ont été plantés dans les haies autour des parcelles. Suite au gel, ils seront replantés au cours de l'année 2017. La culture se fera en sec avec possibilité d'arroser si besoin. Ce projet s'inscrit dans le cadre de l'augmentation de la biodiversité ainsi que dans la diversification des productions. En effet, Alex Franc a remarqué qu'il y avait une demande importante en frais pour les châtaignes.

 

Evolution des pratiques agroécologiques 

2014

2017

Paillage plastique

Arrêt du paillage plastique

  • Pendant 3 ans sur la parcelle
  • Installation de bâches en plastique avant de planter pour limiter la concurrence des adventices
  • Peu résistant à l'homme, les outils, les animaux : trous : favorise le développement d'adventices
  • Milieu chaud et humide : développement de campagnols
  • Coût important : 800-1000 €/ha

Historique des équipements

Bâtiments:
2014 2017

Lieu de vente à la ferme

 

Lieu de vente à la ferme

 

Salle de conservation des pommes équipée de palox en bois et de palox étanches (Mat Tempio) pour avoir un air sans oxygène et assurer la bonne conservation des pommes

 

Salle de conservation des pommes équipée de palox en bois et de palox étanches (Mat Tempio) pour avoir un air sans oxygène et assurer la bonne conservation des pommes

 

3 chambres froides d'une capacité de stockage de 100 T de pommes

 

3 chambres froides d'une capacité de stockage de 100 t de pommes

 

Atelier de transformation en jus de pomme avec pressoir et stérilisateur

 

Atelier de transformation en jus de pomme avec pressoir et stérilisateur

 

Hangar avec panneaux photovoltaïques

 

Hangar avec panneaux photovoltaïques

 

 

Bâtiment de 260 m2 : stockage du grain et du matériel, atelier

 Matériel :
2014 2017

Sur le verger : irrigation au goutte-à-goutte avec électrovannes et filets de protection anti grêle et Alt Carpo

 

Sur le verger : irrigation au goutte-à-goutte avec électrovannes et filets de protection anti grêle et Alt'Carpo

 

Pour les semis : semoir à disques, herse étrille bineuse et déchaumeuse

 

Pour les semis : semoir à disques, herse étrille bineuse et déchaumeuse

 

Trieur en CUMA

 

Trieur en CUMA

 

Irrigation pour 10 ha en couverture intégrale(soja)

 

 

Tracteurs : 1 de 70 CV, 1 de 75 CV pour le verger et 1 de 30 CV 2 roues motrices pour le verger

 

Tracteurs : 1 de 70 CV, 1 de 75 CV pour le verger et 1 de 30 CV 2 roues motrices pour le verger

 

Camionnette de livraison

 

Camionnette de livraison

 

 

Nacelle automotrice pour descendre et relever les filets Alt'Carpo.

  • Arrêt de la culture de soja donc arrêt de l'utilisation de l'irrigation en couverture totale mais matériel toujours en propriété.
  • Acquisition d'une nacelle automotrice pour descendre et relever les filets Alt Carpo

Evolution des radars Dialecte

2014

2017

 

 

Autres indicateurs agroenvironnementaux :

 

2014

2017

Emission de GES (kg CO2/ha SAU)

740

657

Stockage de C/Emission de GES (%)

81

38

 

Entre 2014 et 2017, on observe que dans la globalité, les performances agro environnementales ont la même tendance. On remarque cependant une amélioration de quelques indicateurs :

  • Le solde de N
  • La couverture du sol
  • La surface des IAE

 

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Vidéos

Contact

Alex FRANC

La ferme de Vernou
Vernou
09700 Saint-Quirc
Site : www.ferme-vernou.fr
Me contacter